Accueil » Actualités » La Grande Pagode du bois de Vincennes restaurée

La Grande Pagode du bois de Vincennes restaurée

La Grande Pagode du bois de Vincennes a été inaugurée fin mai 2017 après d’importants travaux de rénovation. D’abord pavillon du Cameroun lors de l’exposition coloniale de 1931, ce bâtiment en bois à l’architecture très particulière fut affecté au culte bouddhiste en 1974. L’édifice principal, inscrit aux Bâtiments de France, a été rénové grâce au concours de la Ville de Paris, qui a subventionné les travaux à hauteur d’un million d’euros. Sa restauration lui permet de retrouver l’état du bâtiment tel qu’il était en 1974. Sur ses façades, les motifs géométriques datant de l’exposition coloniale ont été recréés. La Pagode présentait de nombreux désordres au niveau de ses parements extérieurs faits de matériaux atypiques de tradition africaine, de ses couvertures en essentes de bois (notamment celles des galeries basses extérieures), de ses baies vitrées métalliques… Travaux réalisés : – la restauration en conservation des charpentes en bois ; – la restauration en conservation de la couverture haute en essentes de bois et la réfection à l’identique des couvertures des galeries basses ; – le rétablissement, au plus près de leur physionomie originelle, des poteaux des galeries périphériques ; – la reprise des enduits et badigeons extérieurs avec un mélange de plâtre de Paris et de fibres végétales réalisé dans un jaune lumineux qui rappelle la couleur de la robe de certains moines bouddhistes ; – la création de fenêtres de sondage présentant les décors originels conservés sous le badigeon actuel ; – le rétablissement partiel du portique d’origine par le prolongement des deux poteaux bois latéraux existants, la création d’un linteau reprenant les charges du poteau central conservé en l’état et la suppression du linteau courbe actuel au devant de la façade d’entrée ; – la réfection des installations d’électricité, de sécurité incendie et l’amélioration des conditions d’accueil des personnes handicapées. – Les piliers en mélèze entourant le bâtiment ont été refaits, de même que la « roue du dharma » ornant l’entrée, un symbole des sagesses bouddhiques. Source et photo : Paris.fr

Voir aussi

Réouverture de la mission Saint-Serge à Jérusalem

Construite en 1890, la mission Saint-Serge réouvre ses portes après six ans de travaux de …